👈 Retour sur le blog

#challenge : les concours vidéos

Je viens de participer à un concours, je n'ai pas gagné et c'est normal.

Je vais essayer d'analyser quelques vidéos "gagnantes" de concours vidéos ; les vidéos qui ont conquis le jury. J'aborde un sujet plus théorique et philosophique que pratique. Car les concours ne sont pas basés sur les capacités techniques / créatives comme ils le déclare, mais principalement sur la capacité à connaitre son jury, ses attentes.

Ma réflexion

Ces paroles peuvent être interpreté par la deception de la perte d'un concours, ou encore par un manque de confiance en soit. Mais je ne veux pas m'arrêter sur ces deux derniers points qui ont surement une part de vérité. Je suis déçu de ne pas avoir gagner ce concours vidéo, c'est humain j'imagine...

Cependant je pense qu'il est bon d'analyser autant son travail que celui des autres. Et en faisant cela, j'ai découvert ou senti des détails sur la victoire des participants. Le pourquoi du comment c'est eux et pas d'autres qui avaient fait un travail tout aussi bien, voir mieux de mon point de vu.

Je me suis dit que si je préfère tel ou tel vidéo, ou histoire, ou technique / transition, c'est pour une raison.

Le jury

Point de vue

Chaque personne a un point de vue. Chaque entreprise a une image de marque, un fil directeur. Tout cela est défini par un milieu social, culturel, d'éducation.

J'ai lu dans la revu LE UN :

Le souverainisme n'est pas une nouveauté. Ce n'est rien d'autre que du nationalisme. On peut même penser aujourd'hui qu'il est là pour dissimuler le nationalisme. Sophie Duchesne - politiste

ça m'a fait prendre conscience de l'impacte du bagage culturel et de la différence de point de vue. De manière d'appréhender les choses, de les aimer ou les detester. Mais quel lien ça a à voir avec notre sujet actuel ?

Et bien, les concours d'aujourd'hui sont lancé le plus souvent par des entités étrangères. Dans mon cas dernièrement : Israëlienne. Et donc avec un point de vu forcement très particulier sur le monde. Avec des sujet à mettre en avant et d'autres dont on s'en fou complètement !

les critères

Il y a toujours des criètes définies pour les concours. Et ceux ci vont forcément être intrèquement être interprété. Car sur "40% la créativité, 40% la techinque, 20% le story telling" et bien qu'est-ce que cela veut dire ?

Pour prendre un exemple d'un article du même journal évoquant l'art africain :

À aucun moment n'était posé la question du sens qu'avait ses oeuvres à leur création, dans leur contexte - ni celle d'ailleurs de leur condition d'acquisition. C'était une approche purement formaliste.

Or Philippe Dagen, historien et critique d'art nous informe également :

Picasso a confié à Malraux la force émotionnelle qu'il a ressentie [...] Il ne connait par la signification de ces objets, mais il en perçoit la portée psychique, une sorte de présence qui tient de la protection, de l'exorcisme.

On peut donc bien voir qu'à cette époque l'approche selon les personnes dans le carquant culturel et historique de l'époque, n'avait pas la même approche qu'une personne hors de ces barrières. Et n'avait donc pas les même interprétations des oeuvres et n'avait pas les même critères pour les définir.

Qui est-il ?

La est là question : qui est-il ?

Si on répond à cette question de manière juste, j'imagine que l'on a déjà fait 80% du job pour gagner ce concours.

Mes expériences

Nikon Film Festival

Lorsque je parle de mes expériences, je parle d'un concours nikon film fest avec victoir par un copain Felicien Forest :

Quoi de plus marquant que ces événements, bien réalisé, bien filmé, juste après les attentats de 2015 pour remporter un concours. Je sais que ce n'est pas la raison pour laquel il a voulu parler de ce sujet dans ce bar, elle est complètement autre et sincère. Mais Félicien Forest a ici réussi à toucher le jury sur l'émotionnel. Clairement le sujet à aidé à gagner.

Userfarm

Bon, pour tout dire, c'était vraiment la douille d'utiliser les services de Userfarm. Là où des réalisateurs peuvent vendre des vidéos publicitaires à 50k€ ou 100k€, sur Userfarm, pour 10k€, des entreprises tel que ferrero rocher pouvait avoir 10 vidéos de qualité professionnel avec un story-telling de fou. Néanmoins en tant que débutant, ça m'a bien appris à évoluer sur la mise en image et la réflexion à apporter et developper pour mes clients.

Le principe, c'était le crowdsourcing. Appels à vidéos, avec argent à gagner à la fin.

#ALSFXChallenge

Le petit dernier en date : Avec ce petit dernier j'ai réalisé l'impacte du choix de réalisation et de mise en image pour gagner ce type de concours. Il faut être adapté pour un publique (le jury). C'est à peu près la conclusion que je vais apporter ici.

Voici ma participation au concours #ALSFXChallenge. Une vidéo sur l'histoire de la création d'un pain. Tout simplement.

Ce que j'ai appris

C'est que la Réalisation Mise en Image à une énorme importance. Quand on fait une vidéo pour un client ou pour un concours, c'est le même concept, il faut répondre à une idée générale, il faut définir les envies du clients. Même s'il y a des choses à gagner, si le concours est fait, ça n'est pas que pour fédérer sa communauté, mais l'entreprise / youtuber a autre chose à gagner. Et il va en plus chercher à faire ressortir des films qui pour lui correspond à ses standards.

Réfléchissez un peu, mais faites !

Sans avoir fait ce concours, je n'aurais pas eu cette réflexion et évolution qui m'apporte même des compétence pour la vidéo stock. Car là également, on répond à une demande. Des clips filmés comme-ci, comme-ça ne se vendront pas. il faut cibler les potentiels acheteurs (donc être sûr que ce type d'acheteur passera par ces plateformes) et produire du contenu simple à intégrer.